Communauté locale de Eu

serviteur de communauté : Jérôme Briet

 

Eu : La Collégiale Notre-Dame et Saint-Laurent O’Toole

 

Considérée comme un chef-d’œuvre de l’art ogival du 13e siècle, l’église est construite entre 1186 et 1240. Elle était à l’origine l’église de l’abbaye des chanoines de Saint Victor, dont les bâtiments monastiques s’appuyaient contre l’église. Le monastère fut détruit à la Révolution française.

Il fallait, remplacer l’ancienne église romane, Notre-Dame, devenue trop petite pour les pèlerins qui venaient honorer le tombeau de Saint-Laurent O’Toole, archevêque de Dublin, mort en odeur de sainteté à l’abbaye en 1180. Ce dernier passait alors par Eu pour se rendre à Rouen et y rencontrer Henry II  Plantagenet, roi d’Angleterre, en vue de plaider auprès de lui la cause de ses compatriotes. Le gisant de Saint-Laurent O’Toole se trouve aujourd’hui dans la crypte qui date de la fin du 12e siècle et  longue de 31 mètres.

L’édifice s’étend sur 80 mètres de long et 17 mètres de large (dans la nef), et s’élève à 21 mètres, cet édifice semble s’inspirer par son harmonie de Notre-Dame de Paris. Le célèbre architecte Viollet-le-Duc disait d’elle:    « j’ai vu plus grand, j’ai vu plus haut, mais je n’ai jamais vu plus beau ».

La collégiale renferme de très nombreuses œuvres remarquables, la plupart inscrites sur la liste des Monuments Historiques.

- Le grand orgue, réalisé par le maître-facteur, Louis Isoré, en 1614.

- Le banc d’œuvre, monument de menuiserie réalisé par l’Abbevillois Adrien Lejeune  en 1731.

- La chaire du 18e siècle, en provenance de l’église Saint-Jean Baptiste.

- La mise au tombeau, 16e s : une des plus belles de Normandie et une des rares en France à avoir conservé son emplacement d’origine (la chapelle du Sépulcre). La sculpture monumentale qui représente l’ensevelissement du Christ, polychrome, est mise en valeur par une chapelle richement sculptée, illustrant une étroite complémentarité du groupe statuaire et de son cadre.

- Les  gisants des comtes d’Eu dont quatre comptent parmi les plus belles œuvres de la sculpture française de la fin du 14e s et du milieu du 15e s.

La collégiale peut-être visitée tous les jours (sauf dimanche matin et hors offices) de 9 h à 12 h et 14 h à 17 h.

Renseignements :  Office de Tourisme d’Eu

BP 82 - 76260 EU - tel : 02 35 86 04 68 - Fax : 02 35 50 16 03

Email : otsi.eu@wanadoo.fr

 

Ponts-et-Marais : Eglise Saint Valéry

 

 

 

 

 

 

Eglise de la fin du XIème – XIIème siècle.
Construction de silex, moellon et brique.
C’est un monument en grande partie de style ogival primitif. Son histoire est liée à celle de saint Valéry, l’apôtre du Vimeu et du littoral du diocèse de Rouen. On raconte qu’à Ponts-et-Marais existait une fontaine dans laquelle le saint s’est baigné. Les habitants élevèrent près de là un petit oratoire très vite fréquenté par les pèlerins.

 


Le retable proviendrait de la Ville d’Eu, de l’église Saint-Jean d’après l’Abbé Cochet, ou de l’église Saint-Jacques d’après l’Abbé Legris. Il a perdu son fronton et a subi maintes mutilations avant de prendre place au fond du chœur de l’église.

Devant l’autel, nous pouvons voir un tableau représentant la Transfiguration du Christ avec à gauche Moïse, à droite Elie, et en bas Pierre, Jacques et Jean.

Dans le chœur, l’église conserve une piscine du XIIème siècle, creusée dans l’épaisseur du mur. Parmi les diverses statues qui ornent le chœur, se trouvent la statue de saint Nicolas en bois du XIIème siècle, la statue d’une abbesse à gauche de l’autel et la statue de saint Valéry à la droite.

 

Dans la nef, côté sud, la statue de saint Antoine fait face à un tableau représentant la Vierge, l’enfant Jésus et Joseph, l’auteur du tableau ne nous est pas connu. Le clocher renferme la cloche qui date de 1783 et dont l’électrification a été réalisée en 1989 à l’initiative du Père Bardon.

 

 



Les importants travaux de restauration du chœur et de la nef, entrepris par la Municipalité, ont permis de remettre l’édifice en valeur.


HISTORIQUE de Ponts-et-Marais
Le nom de la commune s’écrivait autrefois Pont-et-Marais, rappelant l’époque où un pont reliait deux tronçons d’une voie romaine reliant Eu à Amiens et Beauvais. C’était alors le seul moyen permettant de franchir la Bresle. La première église du village fut construite dans le deuxième quart du VIIème siècle. C’est durant ce siècle que saint Valéry y aurait été baptisé. Ponts-et-Marais est une commune formée de trois anciennes paroisses : Pont, Marais-Normand et Harencourt. En 1737, la paroisse de Marais-Normand se composait d’une seule ferme et le curé résidait à Eu. Avant la révolution, Ponts comptait trois églises, dont l’une à Harencourt et l’autre dans le Marais. Le nom de Ponts-et-Marais fut adopté vers 1830. En 1871, on découvrit une nécropole gallo-romaine datant du IIème siècle.
Ponts-et-Marais se compose de plusieurs hameaux : Le Petit Marais, Harencourt, Le Minon, Souffle-en-cul, La Belle-Attente, Jérusalem et la Fermette.

 

 

 

 

 

A.A

Sources :

Abbé Cochet

Inspecteur des monuments historiques.

Abbé  J. Bunel et abbé A.Tougard

Professeurs au petit séminaire de Rouen.

 

 

Date de dernière mise à jour : 28/05/2014

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×